"Le courage croît à force d'oser, la peur à force d'hésiter."

 

Publilius Syrus

La résilience au travail

Publié le 4 avril 2016

Adapté par Céline Morel, consultante en management

Source : La fondation de psychologie du canada & Desjardin sécurité financière

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines personnes semblent être en mesure de composer facilement avec les hauts et les bas de la vie et du travail ?

Il pourrait y avoir de nombreuses raisons, mais, généralement, ceux qui parviennent à surmonter les défis et les difficultés partagent une caractéristique en commun : la résilience.

 

La résilience, c’est la capacité de braver les conditions adverses et de « reprendre le dessus » après avoir connu des difficultés. La résilience, c’est l’ensemble des qualités que nous développons par l’intermédiaire de notre éducation, de notre formation, de nos contacts sociaux et culturels et de nos autres expériences de vie. Ces acquis nous aident à venir à bout des déceptions et du stress, à surmonter les obstacles, à nous adapter aux changements ou aux épreuves ou à faire face aux défis de la vie quotidienne.

 

Non seulement la résilience nous aide à faire face à des situations comme une blessure, une maladie grave, un divorce, une séparation, la perte d’un emploi, des changements majeurs au travail ou à des changements agréables comme la naissance d’un enfant, une promotion au travail ; mais elle représente également un facteur important pour la santé mentale et la réussite de carrière.

Pour mieux comprendre les atouts de résilience et leur fonctionnement, ils ont été regroupés en cinq catégories :

1- Relations

 

Au travail, les relations positives que nous entretenons avec nos supérieurs et nos collègues simplifient notre vie professionnelle. Elles rehaussent aussi notre capacité de planifier, de respecter nos objectifs et de faire face aux difficultés. Si vous occupez un poste de gestion, vous devriez savoir que l’efficacité du leadership est le facteur le plus important pour la résilience d’une entreprise. Le fait de tisser et d’entretenir des relations positives avec les employés, les dirigeants, les collègues et les clients représente un aspect clé du travail de tout un chacun.

 

Atouts en matière de relations :

• bonnes relations avec les dirigeants et les collègues ;

• réseaux familiaux et sociaux robustes à l’extérieur du travail ;

• aptitudes sociales et confiance en soi ;

• capacité de s’affirmer, tout en demeurant flexible ;

• capacité de demander de l’aide ;

• être en mesure de sourire aux autres de façon sincère ;

• avoir un sentiment d’appartenance.

 

Cinq façons de développer ses atouts en matière de relations

  1. Bien traiter les autres. Etre généreux et respectueux envers ses collègues. Non seulement cela rend l’atmosphère de travail plus agréable, mais la gentillesse et le respect que vous démontrez seront éventuellement rendus d’une façon ou d’une autre.
  2. Démontrer de bonnes aptitudes d’écoute. Accorder aux autres sa pleine attention. Poser des questions pour montrer que vous tentez de comprendre. Repérer ceux qui démontrent, de bonnes aptitudes d’écoute et imiter leur approche.
  3. Considérer les conflits comme un aspect normal des relations humaines, plutôt que comme un signe d’échec ou de crise. Essayer de voir la situation du point de vue de l’autre personne afin d’avoir une vision plus équilibrée des conflits. Dans le sillage d’un conflit, être celui ou celle qui fait les premiers pas pour remettre la relation sur la bonne voie.
  4. Ne pas critiquer ses collègues devant d’autres personnes, mais s’assurer d’en faire l’éloge publiquement. Avouer ses propres erreurs et s’excuser. Pardonner les erreurs des autres.
  5. Passer le plus de temps possible avec les gens qui vous inspirent et qui renforcent vos sentiments de résilience.

2- Intelligence émotionnelle

 

Les émotions font partie de la vie. L’intelligence émotionnelle – la capacité de comprendre et de gérer ses propres émotions et celles des autres – est une aptitude de vie essentielle qui nous aide également à composer avec certaines exigences de la vie professionnelle.

Personne n’est en mesure de maîtriser parfaitement tous ses sentiments, mais nous devons tous exercer un certain contrôle sur le plan émotionnel. Lorsque les gens sont fréquemment submergés par leurs émotions, leur jugement et leur pouvoir décisionnel en souffrent. Ils ont aussi plus de difficulté à s’entendre avec les autres et à se ressaisir quand ils sont contrariés.

Les aptitudes émotionnelles nous aident à communiquer des idées positives. Elles nous aident aussi à exprimer nos préoccupations ou des commentaires négatifs d’une façon qui améliore les communications et la compréhension, plutôt que de bouleverser les gens. Cela est très important au travail.

 

Atouts en matière d'intelligence émotionnelle :

• capacité de se calmer ;

• capacité d’exprimer ses sentiments ;

• capacité de prendre du recul et d’évaluer objectivement une situation ;

• capacité de voir le point de vue d’autrui ;

• avoir un sens de l’humour ;

• capacité de déguster les moments agréables ;

• capacité de se distraire pour contrer les sentiments négatifs.

 

Cinq façons de développer son intelligence emotionnelle

  1. Etre conscient de ses émotions et de la façon dont elles vous affectent. Tenter d’agir et de réagir en fonction de ses pensées et de ses idées, plutôt que de ses émotions.
  2. Manifester de l’empathie. Porter attention aux sentiments des autres et leur poser des questions. Cela leur montrera que vous vous intéressez à eux et vous aidera à comprendre leurs sentiments.
  3. Faire attention à la façon dont on exprime des sentiments vifs. Éviter les accusations et ne pas exagérer ses sentiments pour faire valoir son point de vue. Donner de l’information au lieu d’exprimer des émotions. Porter attention à son  langage corporel.
  4. Quand on se sent démoralisé, se rappeler que cela s’est déjà produit et que vous avez retrouvé la bonne humeur.
  5. Investir dans son bien-être émotionnel en s’accordant du temps aux contacts sociaux et aux activités qui insufflent de l’énergie et rehaussent la joie de vivre.

3- Compétence

 

Les personnes résilientes ont un plus grand sentiment de contrôle, car elles connaissent leurs propres compétences (connaissances et aptitudes) et sont capable de fixer des objectifs réalistes et de les concrétiser. Les gens compétents sont aussi avides de comprendre le fonctionnement du monde qui les entoure. Une curiosité qui favorise leur apprentissage et le perfectionnement de leurs aptitudes. La compétence nous aide à nous sentir à l’aise au travail et nous donne les outils nécessaires pour composer avec les exigences de la vie professionnelle.

 

Atouts en matière de compétence :

• aptitudes pour la résolution des problèmes et le raisonnement ;

• intelligence, une bonne éducation générale et la formation nécessaire pour accomplir les tâches propres à notre emploi ;

• la capacité de prendre des mesures décisives ;

• la persévérance ;

• savoir quand demander de l’aide ;

• la soif du savoir.

 

Cinq façons de développer sa compétence au travail

  1. Demander de la formation si vous croyez ne pas posséder tous les outils nécessaires pour accomplir votre travail.
  2. Ne pas avoir peur de poser des questions. Les questions « stupides » sont celles qu’on évite de poser afin de paraître plus compétent qu’on l’est en réalité.
  3. Profiter des occasions de formations externes, comme les congrès ou les cours du soir ou de fin de semaine. Lire des publications pertinentes.
  4. S’engager dans des organisations communautaires. L’expérience, les aptitudes et la confiance acquises par le biais du bénévolat ou en tant que membre d’un conseil d’administration communautaire sont souvent fort utiles dans la vie professionnelle.
  5. Parler avec des personnes qui en savent plus que soi. Les personnes compétentes figurent parmi les meilleurs atouts d’apprentissage.

4- Optimisme

 

Les gens optimistes sont plus heureux et productifs que les gens pessimistes. Ils ont tendance à considérer l’adversité comme étant temporaire et de percevoir les obstacles comme des débouchés. Cela dit, l’optimisme n’est pas simplement une croyance aveugle que les choses vont bien aller. Un optimisme sain est authentique. Il repose sur les connaissances, les expériences, une compréhension réaliste des aptitudes et la capacité d’évaluer les situations. Au travail, l’optimisme est particulièrement important au moment de subir des difficultés, voire même des échecs, qui font partie intégrante d’une expérience de travail normale.

 

Atouts en matière d'optimisme :

• confiance dans ses aptitudes et ses compétences ;
• capacité d’évaluer les risques ;
• capacité de voir le bon côté des situations épineuses ;
• savoir comment voir une situation négative sous divers angles ;
• bénéficier d’un soutien familial et communautaire.

 

Cinq façons de développer ses atouts en matière d’optimisme

  1. S’exercer à percevoir les situations négatives comme des difficultés temporaires, plutôt que comme des désastres permanents. C’est souvent le cas.
  2. Ne pas exagérer les retombées négatives d’une mauvaise situation. Lorsque cela va mal, ne pas s’engouffrer dans l’autocritique. Tenter, plutôt, de trouver une façon d’améliorer la situation.
  3. Accepter les compliments sans faire preuve d’égoïsme. En soulignant ses réussites, on nourrit son optimisme.
  4. Apprendre à gérer ses pensées et croyances négatives. Souvent fausses, les idées négatives favorisent la durée des sentiments négatifs.
  5. Essayer de voir le côté positif des situations négatives. Bon nombre d’échecs et de déceptions représentent des occasions de croissance – on peut en tirer une leçon ou en profiter pour s’améliorer.

5- Habiletés d’adaptation

 

Les habiletés d’adaptation, ce sont les stratégies qu’on utilise pour réduire le stress et traverser des situations difficiles et inévitables. Ces aptitudes sont essentielles au travail parce qu’en dépit de nos meilleurs efforts, nous connaissons tous des situations stressantes au travail.

Certaines méthodes, comme l’abus de boisson ou de drogues ou le dénigrement d’autres personnes, peuvent être dangereuses et destructives. Voici certaines habiletés d’adaptation positives :

prendre des mesures pour composer avec la source de stress ;

chercher le soutien émotionnel ou la sympathie d’autrui ;

éviter, autant que possible, les situations et les personnes stressantes ;

prendre le temps de s’adonner à des activités agréables qui permettent d’éloigner le stress ;

soigner sa santé et son bien-être en dormant suffisamment, mangeant bien et faisant assez d’exercice ;

être en mesure de ralentir la cadence et de prendre le temps de réfléchir ; les problèmes n’exigent pas tous une solution immédiate ;

mettre ses pensées sur papier et fixer un moment pour y revenir plus tard ;

développer des façons de détourner son attention des pensées et des situations négatives et néfastes ;

libérer son esprit en respirant profondément, faisant de la méditation ou de la visualisation ou en employant d’autres techniques de relaxation.

 

Atouts en matière d’habiletés d’adaptation :

• S’adonner à des activités et des passe-temps pour détourner son attention des problèmes ;

• Avoir des amis qui écoutent ;

• Créer des réseaux sociaux qui aident à bien se sentir dans sa peau ;

• Pouvoir résoudre les problèmes et planifier ;

• Adopter un mode de vie sain ;

• Prendre le temps de s’amuser.

 

Cinq façons de développer ses habiletés d’adaptation

 

  1. Conserver une liste mentale des moyens qui aident à composer avec une situation difficile et les utiliser quand la situation l’exige.
  2. Si le problème ne peut pas être éliminé, se rappeler qu’il est préférable de se sentir un peu mieux que de se sentir très mal.
  3. Garder le contact avec les gens qui peuvent aider à surmonter les situations et communiquer avec eux en cas de besoin.
  4. Prendre le temps de de reposer. Faire des pauses café et prendre des vacances. Ces moments de répit, auxquels on a droit, peuvent aider à éviter l’épuisement professionnel.
  5. Apprendre à segmenter les problèmes pour déterminer les aspects sur lesquels on peut exercer un contrôle. Élaborer un plan pour aborder les aspects du problème que l’on peut changer et apprendre à accepter ceux qui sont hors contrôle.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© jemanagemavie; © valoriz Conseil; © valoriz RH.